Page précédente : Buster, chien renifleur en Iraq. Alors, l’ancien allié d’hier est devenu un « nouvel Hitler », un « dictateur » qu’il fallait écraser et, au nom de l’ONU, le gouvernement américain engagea donc vingt-sept pays derrière lui dans sa croisade pour faire « respecter le droit » et pour « la liberté ». Israël n’a jamais appliqué les résolutions de l’ONU lui enjoignant de quitter les territoires occupés, et les grandes puissances n’ont jamais ne serait-ce qu’envisagé des représailles pour l’obliger à le faire ! En janvier 1990, un an avant que Saddam Hussein ne devienne l’homme à abattre, Chevènement, alors ministre de la Défense et représentant de commerce pour Thomson, Dassault et Matra, avait déclaré, à propos d’une vente de matériel militaire à l’Irak, vouloir « affirmer la pérennité des liens avec ce pays ». La guerre Iran-Irak est un conflit armé ayant opposé l’Iran et l’Irak entre 1980 et 1988. Guerre en Irak - retrouvez toute l'actualité, nos dossiers et nos émissions sur France Culture, le site de la chaîne des savoirs et de la création. 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE, 17- Chute de l’URSS et fin de la politique des blocs, 0- Le point de vue du révolutionnaire Barta sur la guerre et l’après-guerre, 00- La deuxième guerre mondiale : inter-impérialiste ou anti-fasciste ? Alors que les milices chiites rallient progressivement le pouvoir, les Sahwa contribuent à marginaliser les djihadistes et instaurer une relative accalmie en Irak[4]. Voir aussi : Guerre du Golfe 1990-1991. Recherche avancée. 14 - Livre Quatorze : PROLETAIRES SANS FRONTIERES, 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS, 21, مواد والثورة : من هذه المسألة ، في الحياة ، والرجل والمجتمع, Roumanie : La chute de Ceausescu a été détournée par l’impérialisme occidental pour éviter une révolution sociale, Battre la classe ouvrière : un des objectifs du tournant des années 80. Mais cela n’empêchait pas les puissances impérialistes, dont la France et les Etats-Unis, d’entretenir de bonnes relations avec lui, la France notamment depuis la fin des années soixante, en cherchant à développer des relations commerciales avec les pays arabes, face à l’impérialisme américain pro-israélien. Ses objectifs sont multiples. Au nom de l’ONU, dans une croisade pour « le droit et la liberté », une coalition de vingt-huit pays, à la tête de laquelle se trouvaient les Etats-Unis, entrait en guerre contre l’Irak. mercredi 10 janvier 2007, par Robert Paris. Quant aux féodaux à la tête de l’Etat, leur fortune, si elle trouve son origine dans le pétrole, s’est largement diversifiée et ils ont placé leurs capitaux dans des entreprises étrangères, détenant par exemple près d’un quart du capital de Hoechst, 17 % de Daimler-Benz, 22 % de la British Petroleum. La guerre d'Irak ou seconde guerre du Golfe commence officiellement le avec l'invasion de l'Irak (dite opération Liberté irakienne) par la coalition menée par les États-Unis contre le Parti Baas de Saddam Hussein. Dix ans après, la population irakienne continue de payer pour cette démonstration de force de l’impérialisme, qui continue envers et contre tout de lui imposer un embargo désastreux pour ses conditions de vie et des bombardements meurtriers. Durant ce conflit, les Etats-Unis ont aussi réaffirmé leur place de seule véritable grande puissance mondiale. En janvier 2003, la création de l’Office of reconstruction and Humanitarian Assistance se fait par le Département de la défense, ceci donnera au Pentagone la domination totale de l’Irak post-guerre. Le 22 février 2006[1],[2], un attentat contre le sanctuaire Al-Askari à Samarra, un des hauts lieux saints du chiisme irakien, provoque une vague de représailles et le début d'une guerre confessionnelle entre les groupes insurgés sunnites et chiites[3]. Tous, à Bagdad, étaient convaincus de l'inanité des canons bi-tubes et missiles sol-air utilisés, dont l'effet se limitait en général à provoquer une réplique mortelle de l'ennemi visé. Guerre d'Irak : comment tout a commencé il y a dix ans Le 20 mars 2003, l'armée américaine intervient en Irak. Et si Chevènement a démissionné, le 29 janvier 1991, c’est en fin de compte pour pouvoir, au moment de la reconstruction et des contrats à conclure, défendre d’une autre façon les intérêts de la bourgeoisie française. 23 juin 2020 - Explorez le tableau « Guerre Iran - Irak 1980-1988 » de Marc Dufour, auquel 217 utilisateurs de Pinterest sont abonnés. Par Paul Craig Roberts CounterPunch, publié le 24 avril 2008 Il veut « récupérer » le Chatt Al-Arab, confluent du Tigre et de l’Euphrate qui, long de 200 kilomètres, se jette dans le golfe Arabo-Persique, et le Khouzistan iranien.Il compte également porter un coup mortel à la révolution islamique, qu’il estime prête à tomber. Que tous les autres moyens d'y mettre fin se soient révélés impraticables ou inefficaces; 3. Après avoir appelé la population irakienne à la révolte, les armées occidentales, avec le cynisme le plus total, ont laissé les mains libres à l’armée de Saddam Hussein pour réprimer sa population, qu’il s’agisse des Chiites qui s’étaient révoltés dans le sud ou des Kurdes dans nord du pays. D’autre part, que Saddam Hussein soit un dictateur, cela ne datait pas d’hier. La guerre d’Irak est une guerre pour l’expansion territoriale d’Israël. En abril de 2003, soldados estadounidenses derribaron la estatua de Saddam Hussein en Bagdad. Les dictateurs africains sont reçus à l’Elysée et, en Amérique latine ou en Asie, les Etats-Unis ont soutenu les régimes et les dictateurs les plus sanguinaires, n’hésitant pas, comme au Nicaragua, à intervenir quand la population les renversait. la guerre d'irak : la stratÉgie du faible / 405 rejoints pour les convaincre de ne pas les utiliser23. De par les forces et l’argent investis déjà, mais surtout parce que les pays impérialistes de seconde zone, s’ils étaient d’accord sur le principe de l’intervention, n’ont eu cependant d’autre choix que de les suivre, afin de préserver leurs intérêts futurs au Moyen-Orient. Quand commença l’offensive terrestre, le 24 février, l’armée de Saddam Hussein n’avait plus le pouvoir de se défendre ; c’était une armée en déroute, en train de quitter le Koweït, que les forces de la coalition finirent par massacrer. Le coup de force de Saddam Hussein sur le Koweït représentait donc un danger pour les revenus des compagnies impérialistes. En déchenchant les hostilités le 22 septembre 1980, Saddam Hussein avait tablé sur une offensive fulgurante et sur une guerre courte qui fera de son pays la première puissance du Moyen-Orient. La guerre d'Irak, parfois connue sous le nom de troisième guerre du Golfe9, a commencé le 20 mars 2003 avec l'invasion de l'Irak (dite « Opération libération de l'Irak ») par la coalition menée par les États-Unis contre le Parti Baas de Saddam Hussein. Quant aux Etats-Unis, après la chute du chah en Iran et l’arrivée au pouvoir de Khomeiny, ils considéraient alors l’Irak comme une puissance capable de faire régner l’ordre dans cette partie du monde. La première guerre civile irakienne ou la première guerre confessionnelle irakienne est une phase de la guerre d'Irak qui oppose les groupes insurgés sunnites et chiites de 2006 à 2009. Temps de lecture : 7 min. guerre comme nécessaire. La guerre aérienne allait durer trente-huit jours pendant lesquels l’Irak et le Koweït seraient écrasés sous les bombes, larguées par des avions et des missiles les plus modernes du monde. 22 août 2020 - Explorez le tableau « Guerre d'Irak 2003 » de Marc Dufour, auquel 215 utilisateurs de Pinterest sont abonnés. Et puis, la guerre contre l’Irak incluait des pays aussi réactionnaires et aussi peu démocratiques que l’Arabie Saoudite où prévaut la loi islamique, le Maroc, la Chine de Tien An Men, et bien sûr le Koweït, dont seulement 6 % de la population a le droit de vote ! Page suivante : Velvet, chien sauveteur d’alpinistes sur le Mont Hood. Les compagnies pétrolières créèrent alors des Etats (Koweït, Qatar, Emirats...) en propulsant à leur tête des chefs de tribus, qui restèrent en place, et sous leurs ordres, lorsque l’indépendance formelle fut acquise dans les années soixante. La guerre du Golfe contre l’Irak - Pour la défense des trusts pétroliers et pour l’intérêt des classes dirigeantes. Arrivé à la tête de l’Etat, sa dictature avait continué à s’exercer, notamment contre la minorité kurde du pays ; ainsi, en 1988, la répression menée contre eux avait fait des milliers de victimes. Le processus de communautarisation s’aggrave au fur et à mesure que s’exhibe la totale impuissance des autorités et que se renforce le phénomène milicien. E n septembre 1980, le régime baasiste de Bagdad envahit l’Iran. Car il lui a quand même fallu plus de six mois pour se découvrir des états d’âme ! Consultez la traduction français-allemand de première guerre mondiale dans le dictionnaire PONS qui inclut un entraîneur de vocabulaire, les tableaux de conjugaison et les prononciations. Le communisme ? Dans la réalité, ces bombardements firent plus de 100 000 victimes irakiennes, au cours notamment des bombardements sur Bagdad et Bassorah. Le (...), 000- Le stalinisme ou la révolution trahie, 01- Le prolétariat classe révolutionnaire, 02- La deuxième guerre mondiale et l’alliance impérialisme/stalinisme contre (...), 04- La révolution en Asie, à la fin de la guerre mondiale, 05- Politique des blocs, fausses révolutions et faux socialismes, 06- Révolution bolivienne et luttes de classe en Amérique latine dans les (...), 09- Les mouvements de 1968-69 dans le monde, 12- Les Palestiniens et la révolution au Moyen-Orient, 15- Pologne-Turquie-Corée-Ethiopie : luttes ouvrières années 70-80, 16- Nelson Mandela et le Parti communiste sud-africain ou comment le (...), 19- Algérie 1988 : de l’explosion sociale au terrorisme se revendiquant de (...), 24- Révolte en Kabylie, puis dans toute l’Algérie - 2001, 27- Le fascisme intégriste se revendiquant de l’Islam, faux ennemi de (...), 28- Luttes ouvrières en Afrique en 2003-2007, 29 - Soixante ans de luttes de classe en France. Les régimes de dictature, pourtant, les puissances impérialistes s’en accommodent d’autant mieux qu’ils maintiennent leurs peuples dans la pauvreté et, par la force, empêchent toute révolte qui pourrait menacer leurs intérêts économiques. La crise remontait au 2 août 1990, quand l’Irak avait envahi le Koweït, reprenant une ancienne revendication territoriale, puisque cet Etat était une province irakienne au temps de la domination de l’Empire ottoman. La 2eme Guerre du Golfe ou Guerre d'Irak expliquée simplement ! D’ailleurs, dix ans plus tard, Saddam Hussein est toujours en poste, et pour cause. En 1963, il avait participé à l’assassinat de milliers de militants communistes. L es dernières troupes combattantes américaines ont quitté l’Irak. L’organisation État islamique trouve son origine dans la guerre d’Irak de 2003-2011. Avec le forage des premiers puits de pétrole, dans les années trente, vinrent s’implanter les grandes compagnies pétrolières. Employé pour : Première guerre du Golfe. Le 17 janvier 1991, commençait l’opération « Tempête du Désert ». La seule occasion où une guerre peut être justifiée, selon ce Catéchisme, est lorsqu'une nation est attaquée. Voir plus d'idées sur le thème Guerre, Guerre d’irak, Chaussure timberland homme. 12- Livre Douze : OU EN SONT LES GROUPES REVOLUTIONNAIRES ? C’est fini. Contributeurs neutres, sans avis ou perplexes. Mur pour être abattu. Ce secteur sera responsable de tout ce qui concerne la préparation de l’après-guerre d’Irak. Comme l’a dit à l’époque le secrétaire d’Etat à la Défense Dick Cheney : « Nous devons maintenir notre capacité à contrôler les océans du monde, à remplir nos engagements en Europe et dans le Pacifique, à être capables de déployer des forces, que ce soit en Asie du Sud-Ouest ou au Panama, pour faire face aux imprévus afin de défendre les vies et les intérêts américains ». Que le dommage infligé par l'agresseur à la nation ou à la communauté des nations soit durable, grave et certain; 2. La City de Londres est leur place forte. La guerre d'Irak, parfois connue sous le nom de troisième guerre du Golfe [1], a débuté le 20 mars 2003 avec l'invasion de l'Irak (dite « opération Iraqi Freedom ») par la coalition menée par les États-Unis contre le parti Baas de Saddam Hussein et s'est terminée le 18 décembre 2011 avec le retrait des dernières troupes américaines. Elles chassent la majeure partie de la population sunnite de la capitale qui devient une ville à majorité chiite[4],[5],[6]. Mais c’était alors l’ordre impérialiste, celui qui représente « la loi du droit », pour reprendre une expression de Mitterrand, alors que, lorsque les pays pauvres revendiquent leur part de revenus, on ne parle plus que de « la loi de la jungle ». Que soient réunies les c… Terme générique : Conflit. Elle a alors le droit de se défendre militairement, mais selon certaines conditions fixées par les quatre arguments traditionnels de la doctrine dite de la «guerre juste»: 1. Ou le capitalisme ? Son précurseur direct, Al-Qaida en Irak (AQI), fut l’un des acteurs centraux d’une vaste insurrection sunnite contre le gouvernement irakien (contrôlé par des chiites) et les forces d’occupation étrangères. D’autre part, il n’était pas question de tolérer qu’un petit Etat du Tiers Monde - même s’agissant d’un des plus développés du Moyen-Orient - puisse intervenir sans l’aval des grandes puissances. Première guerre d’Irak : les dessous de la guerre du golfe – documentaire 5.00 / 5 2 votes . S'adressant, le 22 septembre, à la tribune des Nations unies pour la première fois depuis la guerre en Irak, George Bush a tenté de justifier cette guerre menée sans l'aval de la communauté internationale, mais il n'a pas vraiment convaincu. L’attentat contre la mosquée chiite de Samarra ouvre en 2006 une « guerre des mosquées », débouchant sur une fracture confessionnelle croissante. Une lutte contre la dictature... à géometrie variable. Le 17 janvier 1991, commençait l’opération « Tempête du Désert ». Le conflit dura 8 ans. Et derrière la richesse insolente de la famille Al Sabah et d’une couche de privilégiés, derrière la façade d’immeubles modernes luxueux, le Koweït n’en reste pas moins un Etat sous-développé, archaïque, dont la population, composée pour 60 % de travailleurs émigrés provenant majoritairement d’autres pays arabes ou de camps palestiniens, vit dans le dénuement. La « guerre contre la terreur » de Bush est un bobard qui sert à couvrir l’intervention des Etats-Unis au Moyen-Orient pour le compte du « grand Israël ». Est-ce que ça valait le coup? Mais avec la chute de ce dernier, au lendemain de la Première Guerre mondiale, les pays impérialistes (principalement la Grande-Bretagne et la France) avaient pris le relais et établi des protectorats au Moyen-Orient, dont les frontières, tracées au cordeau, reflétaient plus les rivalités entre les puissances que le respect du droit des peuples. En 2008, les milices chiites prennent le contrôle de Bagdad après des combats qui ont fait des dizaines de milliers de morts. Par ce déploiement militaire écrasant, les pays impérialistes, enrôlant d’autres Etats sous leur bannière, entendaient signifier à l’Irak qu’il n’était pas question de toucher au pétrole du Koweït ni de remettre en cause les frontières et l’ordre qu’elles avaient établi dans cette partie du globe. Il s’agissait soi-disant de « frappes chirurgicales » effectuées avec des « armes intelligentes » que l’état-major américain présentait comme étant capables de faire la part entre les objectifs stratégiques et les civils ! Lex, un chien en première ligne lors de la guerre d’Irak. L’état-major américain a choisi consciemment d’arrêter la guerre avant d’avoir totalement anéanti son armée, afin de lui laisser les forces nécessaires pour faire régner l’ordre intérieur. Elle est d’ailleurs un gros fournisseur d’armes auprès des pays du golfe Persique, qu’il s’agisse de l’Arabie Saoudite, des Emirats, du Qatar ou de l’Irak. Non, pour les Etats-Unis, et dans une moindre mesure pour les impérialismes de seconde zone obligés de les suivre, militairement ou financièrement, il fallait faire la démonstration, à Saddam Hussein mais aussi à tous les régimes du Tiers Monde, que toutes les richesses de ce monde leur appartiennent, où qu’elles soient, et qu’il ne faut pas y toucher. La région du golfe Persique était peu peuplée, parcourue par des tribus de Bédouins. La guerre Iran-Irak de 1980 à 1988 est la première des trois guerres qui ont eu pour cadre le golfe Arabo-Persique depuis la révolution iranienne en 1979. À partir de fin 2008, les États-Unis se désengagent progressivement en finançant notamment les milices sunnites Sahwa afin d'affronter l'État islamique d'Irak et commencent à se retirer à partir du 30 juin 2009[7],[8]. Ceux-ci contribuent en fait à renforcer la position de Saddam Hussein et de sa dictature, contre la population qui s’enfonce dans la misère la plus noire. Le grand tournant mondial au milieu des années 80, 1991, la première guerre d’Irak, un tournant de la politique mondiale, Les nouveaux rapports de force dans le monde après la fin de l’URSS. Guerre Iran-Irak ou « Première guerre du Golfe » a posteriori ; Guerre du Golfe (1990-1991) ou « Seconde guerre du Golfe » a posteriori ; Guerre d'Irak (2003-2010) ou « Troisième guerre du Golfe » a posteriori. La guerre est divisée en deux phases : l'opération Bouclier du Désert (en anglais Desert Shield), du 2 août 1990 au 17 janvier 1991, au cours de laquelle les troupes se renforcent et défendent l'Arabie saoudite, et l'Opération Tempête du Désert (… Il provoqua d’immenses destructions dans les 2 pays et se termina sans qu’un vainqueur ne … Il n'y a qu'une seule guerre que l'on appelle guerre du Golfe. La dernière modification de cette page a été faite le 27 novembre 2020 à 18:18. Etats européens et guerre d’Irak 5 PREMIERE PARTIE Evènements significatifs ayant précédé le conflit La première partie de notre étude va s’articuler autour de la brève description de 5 évènements ayant précédé le début du conflit en Irak. Déroulement. Première Guerre mondiale; Pologne : histoire, culture et littérature; Lire le monde; Rechercher : guerre d’Irak. 31- A bas la sale guerre de la France en Afghanistan ! Un documentaire américain d’Audrey Brohy et Gérard Ungerman (2000) Avec la participation de:- Phyllis BENNIS, spécialiste américaine des affaires internationales, Uriel, Samuel et Andrew : trois jeunes américains engagés en Irak. De très nombreux exemples de phrases traduites contenant "guerre d'Irak" – Dictionnaire anglais-français et moteur de recherche de traductions anglaises. mercredi 10 janvier 2007, par Robert Paris, La guerre du Golfe contre l’Irak - Pour la défense des trusts pétroliers et pour l’intérêt des classes dirigeantes. 1991, la première guerre d’Irak, un tournant de la politique mondiale. Des différends entre l’Iran et l’Irak, pays voisins, provoquèrent la guerre en 1980. ... Géopolitique Golfe Guerre d'Irak 2003-2011 Guerre du Golfe 1990-1991 Guerre Iran-Irak 1980-1988 Histoire Irak Iran Israël Koweït Kurdes Panarabisme Politique Proche-Orient. L’indépendance de ce micro-Etat (comme les autres émirats) n’a d’ailleurs justement pour fonction que de réserver les énormes revenus du pétrole, sans avoir à les répartir en faisant profiter le reste de la population de la région de leurs retombées. Le Koweït, possédant 10 % des réserves mondiales connues de pétrole, est le pays possédant le plus fort produit national brut de la planète. La première guerre civile irakienne ou la première guerre confessionnelle irakienne est une phase de la guerre d'Irak qui oppose les groupes insurgés sunnites et chiites de 2006 à 2009. Par la guerre du Golfe, par cette démonstration de force démesurée et criminelle, les Etats-Unis ne cherchaient pas en fait à abattre un dictateur. Dernière modification le 27 novembre 2020, à 18:18, Front islamique pour la résistance irakienne, : Affrontements entre chiites et sunnites en Irak après l'attaque du mausolée de Samarra, : Emeutes après la destruction d'une mosquée, :« Liberté en Irak », retour sur le fiasco de l'invasion américaine, : Irak : l'armée américaine se retire des villes, :Les Irakiens retrouvent le contrôle de leurs villes, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Première_guerre_civile_irakienne&oldid=177033345, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Victoire du gouvernement irakien et des milices chiites. 580 relations. George W. Bush et les faucons de son gouvernement n'auront de cesse de convaincre leurs alliés que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive. Voir plus d'idées sur le thème Guerre d’irak, Guerre… Ces évènements ont été choisis d’une part pour leur Nouri al-Maliki, membre du parti islamiste chiite Dawa, est investi Premier ministre le 20 mai 2006. En 1990, au moment de la guerre du Golfe, ces monarchies héréditaires réactionnaires étaient toujours en place... et le sont toujours aujourd’hui. La coalition engagea 700 000 hommes dans ce conflit, provenant en majorité, avec 450 000 soldats américains, de la première puissance mondiale, utilisant un armement perfectionné disproportionné avec la force réelle de l’Irak. 34- Le Venezuela et la "révolution" de Chavez, 36- De la révolution du monde arabe à la guerre civile, au terrorisme et à la (...), 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE, 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES, 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS, 11- Livre Onze : FEMMES - CONTRE L’OPPRESSION. Dans un monde mis en coupe réglée pour les profits exclusifs des grandes sociétés capitalistes, les Etats-Unis veulent faire régner l’ordre, l’ordre des multinationales, à l’échelle de la planète. Fred Kaplan — 18 décembre 2011 à 15h16. Uriel Samuel Andrew de Will Argunas. Ainsi le gouvernement français, avec bien des contorsions dans le langage pour pouvoir présenter au monde arabe l’image du pays restant le plus favorable à l’Irak, a-t-il engagé 10 000 hommes pour « la libération du Koweït ». Les Américains ont-ils gagné la guerre d'Irak? A leur retour, ils sont fêtés comme des héros. La guerre du Golfe est un conflit qui oppose, du 2 août 1990 au 28 février 1991, l'Irak à une coalition de 35 États, dirigée par les États-Unis à la suite de l'invasion et l'annexion du Koweït par l'Irak. Dès le printemps 1982, dix-huit mois après le début de l’agression irakienne contre l’Iran, Washington décidait d’accorder une aide substantielle à Bagdad. Le but de l’intervention n’était pas non plus de faire « respecter le droit » et appliquer les résolutions de l’ONU.